Hoboken Division - Premier EP


Hoboken Division : entre Memphis et Détroit


Marie Rieffly et Mathieu Cazanave ont commencé l’aventure Hoboken Division il y a un an de cela. Ils ont sorti fin mars un premier EP autoproduit sur lequel figure quatre titres. Quatre petites pépites qui vont vous emmener de Memphis à Détroit.

        L’EP démarre fort avec ‘’Sugardaddy’’. On découvre la voix de Marie : sauvage, puissante et agressive. Hoboken Division, ça c’est du pur rock. Brut et bien lourd. Mathieu sature le morceau en répétant inlassablement ses gros riffs de guitare. Ce titre transpire l’ardeur. Le duo va chercher son énergie au plus profond de lui-même. Cette musique, elle sort de leurs tripes. On le sent. C’est explosif. C’est la chanson se démarquant le plus sur l’EP. Elle présente un son plus moderne que les autres.

        On change d’univers à partir de ‘’Out Of Business’’. Black Rebel Motorcycle Club. Cow-boy. Seventies. Tels sont les mots qui me viennent à l’esprit à l’écoute de ce titre. La voix est rauque. Assurée. La guitare est hard. L’arrivée de l’harmonica fait voyager. On plonge dans cette ambiance de bar crasseux. Dans un coin reculé d’Amérique. Là où des hommes virils, tatoués et musclés entament une soirée chaude et arrosée. Délire blues-rock au rendez-vous.

        Le niveau sonore des amplis est atténué pour ‘’Radar On’’. Lorsqu’il commence, ce morceau m’évoque ‘’Season of the witch’’ de Donovan. L’atmosphère rendue nous ramène de nouveau dans ce bar américain. Mais le lendemain matin. Cette fois, ledit bar est désert. En écoutant cette chanson, c’est comme si vous y étiez. Vous décuvez. Vous êtes planant. La salle est plongée dans la pénombre et la poussière. Vous allumez votre clope. Vous tirez un grand coup. Rejetez la tête en arrière. Les yeux mi-clos. Vous entrez en transe. Vous savourez ce moment de solitude. Tout cela, bercé par la voix rock et lancinante de Marie. L’ambiance est blues et sensuelle.

        ‘’Happier Than You’’ oscille entre The Kills et White Stripes. Il est dans la continuité du morceau précédent. Tout aussi langoureux. On se sent bien. La voix de Marie devient hypnotisante. On voudrait que le morceau ne se finisse jamais.

         On peut le dire, cet EP est une vraie réussite. Du delta blues au rock garage en passant par un air sexy. D’Iggy Pop aux Yeah Yeah Yeahs en passant par Nina Simon. Autant d’influences qui font d’Hoboken Division un groupe au côté duquel on ne peut passer sans s’arrêter. On peut le dire, à Nancy aussi, nous avons nos Kills à nous.

http://hobokendivision.com


                                                                                 Magali SANTULLI