Interview de Massive Charge, 26/10/11

Massive Charge est de retour quatre ans après son premier opus, avec un nouvel album intitulé Charge This World... et croyez moi, jamais un groupe n'a aussi bien porté son nom. C'est donc à l'occasion de sa sortie que les membres du groupe ont accepté de répondre à mes quelques questions. Je n'ai donc plus qu'une chose à ajouter: Envoyez la charge !




1. Salut les Massive Charge. Tout d'abord, pouvez-vous présentez le groupe à ceux qui ne le connaîtraient pas déjà ?
Salut, nous sommes un groupe de grindcore lorrain de Nancy avec des influences death et hardcore.
Le line-up a pas mal évolué depuis la création du groupe en 2003 et se compose aujourd’hui de Matt à la batterie, Ptiot à la basse, Vince à la guitare et aux backing vocals et Jérémy au chant.


2. Le groupe existe maintenant depuis huit ans, et a réussi à se faire une place non négligeable dans la scène death metal/grindcore française. Pouvez-vous nous en dire plus sur l'évolution du groupe depuis sa naissance ?
Je n’irai pas jusqu'à dire « une place non négligeable », mais c’est vrai que dès le début, on a eu la chance de faire de bonnes scènes avec de bons groupes, ça a presque démarré de suite, puis au fil des années, on a continué comme ça, en jouant de plus en plus loin en France et aux pays alentours.


3. Vous revenez avec un deuxième album intitulé Charge This World. Comment avez-vous préparé la réalisation de ce nouvel opus ? Quelles ont été les idées directrices de sa conception?
Il n’y avait pas vraiment d’idée directrice ; juste rester grindcore : un morceau doit sonner Massive Charge. Il y a aussi un truc, c’est qu’on essaie de ne garder que les riffs qui nous parlent vraiment. En gros, pour un riff gardé, il y en a plus d’une cinquantaine jetée à la poubelle. C’est aussi pour ça que 4 ans séparent les 2 albums. Nous préférons prendre notre temps et sortir quelque chose d’abouti. Après, on pose les paroles (c’est surtout Jeremy qui s’en occupe) avec des textes qui vont coller à la musique.


4. Le premier album SilencE, sorti en 2007, avait été entièrement autoproduit. Où et comment s'est déroulé l'enregistrement de celui-ci ?
Pour Silence, nous avions enregistré l’album dans la salle à manger d’une maison dans les Hautes Vosges, c’était assez marrant, et bien dépaysant aussi. Pour Charge This World, nous avons enregistré la batterie au studio « Fucking Hostile » situé près de Nancy, parce que la batterie nécessite quand même une bonne acoustique. Le reste de l’album a été enregistré chez Vince pour des raisons de budget et de temps.


5. En parcourant l'album, on se rend vite compte d'une certaine haine, tant au niveau des titres et des textes, qu'au niveau musical. Pouvez-vous nous dire de quoi traitent les chansons et plus particulièrement quel est le thème général de l'album?
De la haine, je ne dirais pas ça, plutôt une certaine forme de colère. On peut trouver deux thèmes majeurs dans nos textes : la critique de la connerie humaine d’un côté pour faire très large, et des textes plus« légers » qui parlent de nous, notre rapport avec la musique qu’on aime jouer et écouter.


6. La pochette est donc plutôt révélatrice de ce qu'elle contient.
Qui l'a réalisée et pourquoi ce choix de dessin ?

La pochette a été réalisée par un ami infographiste et musicien Vivien (chanteur de DISTRICT), qui dessine également très bien et c’est ce que nous voulions, une pochette dessinée et non un montage photos.
De plus ce côté un peu BD/manga correspond relativement bien à notre musique par son style simple et efficace.


7. Le disque est disponible depuis maintenant presque un mois. Quels en sont les principaux retours ?
Pour le moment nous n’avons que de bons retours, que ce soit directement à nous ou ce que l’on peut lire sur internet. Il y a déjà des chroniques éditées sur internet et d’autres qui sont en cours que ce soit pour le net ou des magazines.
On a déjà vendu relativement pas mal de Cds et ceci est encourageant sachant qu’on n’a pas encore joué depuis sa sortie, ni vraiment fait de promo : donc on est très content du résultat.
C’est toujours un peu stressant de sortir le fruit de notre travail. Néanmoins, si personne ne l’avait aimé, nous en aurions tout autant été fiers. Si on joue cette musique-là, c’est qu’elle nous plait à nous, c’est ce que nous voulons entendre et jouer.


8. Vous avez déjà fait de nombreux concerts dans l'Est, mais aussi dans le reste de la France et à l'étranger. Prévoyez-vous quelques concerts pour la sortie de l'album?
Pour le moment pas grand-chose de prévu, mais c’est parce que nous n’avons pas encore pris le temps de trouver de bonnes dates. Il va d’ailleurs falloir qu’on se bouge un peu davantage... Après, on n’a pas vraiment eu l’occasion de se consacrer à ça : on bossait sur l’album sans répéter ensemble depuis 6 mois puisque Matt était parti vivre au Canada. On joue beaucoup moins qu’il y a quelques années, mais en contrepartie, les dernières dates qu’on a faites ont été des putains de dates, sur des grosses scènes, avec des assos pros, donc la qualité plus que la quantité. Ce qui ne veut pas dire que nous refusons ou dénions les dates dans les clubs ou les bars bien au contraire, il suffit d’une bonne ambiance pour que tout se passe pour le mieux.


9. J'ai remarqué que vous aviez déjà partagé l'affiche avec des groupes tels que Debauchery, Benighted, Pitbulls in The Nursery, Total Fucking Destruction, Aborted, Human Parasite, ... et j'en passe! Avec quels autres groupes aimeriez-vous un jour partager l'affiche ?
Avec des groupes sympas tant qu’à faire, qui aiment ce qu’ils font et qui ne se prennent pas pour des dieux. Rien à foutre de l’importance de telle ou telle personne, mais les concerts sont des moments où on rencontre des gens intéressants et sympas la plupart du temps. Jouer avec les potes aussi, c’est cool, surtout quand on ne les voit pas souvent, c’est toujours l’occase de faire la fête.
S’il fallait donner des noms de groupes ce serait difficile car nous ne serions pas d’accord entre nous


10. La scène death française est déjà bien ancrée et ne cesse d'évoluer. Que penses-tu de sa place en générale et de son évolution?
On a de très bons groupes en France, rien à envier à l’étranger, et ce depuis toujours, c’est plutôt au niveau du public que l’étranger nous met K.O. Il y a énormément de fans de métal en France, mais ils ont du mal à se déplacer, à part les irréductibles qu’on voit à chaque fois, merci à eux. Là on devrait prendre exemple sur nos voisins belges ou allemands par exemple…Nous avons remarqué qu’il a l’air également de plus en plus difficile d’organiser des dates en France pour les organisateurs, que ce soit de trouver des salles ou de faire venir les gens… du coup ça n’arrange rien.


11. Que penses-tu des liens entre les différents acteurs de cette scène au niveau régional, voir national ?
Du bon, et du moins bon, on a de plus en plus de gens qui se font chier à créer des évènements intéressants dans le coin. On a aussi pas mal de groupes avec des gens très sympas. Tu retires un certain communautarisme bobo de quelques personnes qui pourrissent l’ambiance, et le tout serait parfait. Mais, depuis que je suis dans le milieu, c’est comme ça, et ça ne changera jamais, quelques jaloux sans talent qui ne savent que descendre les autres, mais bon, vu qu’ils ne veulent pas se mélanger, ce n’est pas grave, surtout qu’ils sont loin de représenter la majorité…


12. Pour en revenir à Massive Charge, que prévoyez-vous de faire, dans le court et le long terme?
Nous venons de sortir un nouvel album et espérons donc pouvoir le promouvoir sur scène le plus possible. De plus si à la suite de dates ou de bonnes chroniques nous pourrions trouver un distributeur ce serait parfait pour nous.


13. Quelque chose à ajouter ?
Fuck you and listen to this shit !!!



Tout est dit! Et vous n'avez pas fini d'en entendre parler, car cette seconde charge est une véritable bombe.

Un grand merci au groupe pour sa participation et une excellente continuation à eux !

Pour commander votre album : vincent.vinel@hotmail.fr
Pour écouter des extraits ou pour toutes autres informations: