Interview Malariah, 12/03/10

Samedi 13 mars, sortait le nouvel EP de Malariah intitulé Insanity. Pour l'occasion, j'ai posé quelques questions au guitariste du groupe, David (que je remercie encore une fois). 



1)Peux-tu me dire en long en large et en travers, comment et quand s'est fondé le groupe ?
J’ai formé le groupe en tant que guitariste en juillet 2007, très rapidement rejoint par Max, guitariste et seul chanteur à la base, Jérémie à la basse et Ludo à la batterie. Les répétitions ont commencés en octobre de la même année. Jérémie a arrêté le groupe en janvier 2008, remplacé par Gaëtan à la basse et au deuxième chant. C’est à ce moment là qu’on a commencé à bosser sérieusement en vue d’un premier EP et de commencer les concerts. Puis en juin 2009, nous nous sommes séparés de Gaëtan et avons décidés de passer à 5, afin de laisser Max se concentrer sur ses parties de guitares tout en continuant les backings. C’est comme ça qu’Alex (chant) et Tonio (basse) sont rentrés dans le groupe.


2)Votre nouvel album sort ce samedi 13 Mars. Peux-tu nous en révéler un peu plus sur ce nouvel opus ?
Notre second EP, qui s’intitule « Insanity », est le fruit d’un an de composition, de répétition et de beuveries post-répétition. Il a été enregistré par nous-mêmes entre août et décembre 2009, c’est donc du 100% autoproduit. Nous cherchions un son assez Live, assez brut de décoffrage, loin des sons aseptisés des gros studios hors de prix. Nous sommes donc satisfaits par le son, qui sans être parfait, rend honneur à tous les instruments.


3)Comment définirais-tu votre musique en quelques mots ?

Une grosse base Death Metal, influencé par le Brutal Death et le Grindcore. Tu rajoutes deux bonnes grosses voix qui vont du growl aux pig squeals et le tour est joué.


4)Quelles ont été vos influences, les disques que vous avez écouté avant et pendant votre passage au studio d'enregistrement ?

Difficile de parler au nom du groupe, puisque nous écoutons tous beaucoup de Death Metal et de Grindcore mais pas forcément les mêmes groupes, mais disons que les disques qu’on a tous en commun sont les suivants : Blockheads – Shapes of Misery, Origin – Antithesis, Napalm Death – Time waits for no slave, Inhumate – The 5th season, Despised Icon – The ills of modern man, Burning Skies - Greed.Filth.Abuse.Corruption, Spawn of Possession – Noctambulant, Tortured Soul – démo, Agon – Violence Procreation, Disrupt – Unrest, Benighted – Insane Cephalic Production, Mumakil – Customized Warfare.
De là à parler d’influences il y a un pas que je ne franchirai pas. Cela influence indirectement le style de composition, mais cela reste plus ce que l’on écoute que ce que l’on joue.


5)Quels sont vos projets suivant la sortie de l'album ?

Bien évidemment le promouvoir, en espérant qu’il nous permette de trouver des concerts et de faire tourner notre nom. Puis continuer à répéter pour progresser et composer de nouveaux morceaux.


6)Prévoyez vous d'étendre votre tournée vers des contrées plus lointaines en cette année 2010?

J’ai des plans de concerts en vue, mais un plan n’est hélas pas un concert. Donc oui, c’est espéré et prévu, mais pas encore confirmé.


Les petites questions :

7)Comment vois tu la scène metal en France, ou plus particulièrement en Lorraine, de ton point de vue de musiciens ?
Je trouve que l’on a une scène Metal et Grindcore vraiment très intéressante en France, mais pas assez soutenue. Mais d’un point de vue strictement musical, il y a d’excellentes formations, ne serait-ce que dans l’est de la France : en Lorraine, il y a bien évidemment Blockheads (groupe dont nous sommes tous d’énormes fans), puis Untamed, Chiens, Massive Charge, Mortuary, Ataraxis, Taenya pour ceux que je connais. En Alsace nous ne sommes pas non plus trop à plaindre, nous avons Inhumate évidemment, mais également Tortured Soul, Agon, Absurdity, Bloody Sign, Necros, Molosse ou encore Calciferum. Ce sont pour la plupart des groupes que nous apprécions tant musicalement qu’humainement.
Au niveau national, je suis vraiment très heureux du succès de Gojira, et j’espère que cela amènera d’autres groupes à se faire connaître comme eux. Quand j’écoute un Benighted ou un Kronos, je me dis que merde, on a rien à envier aux américains ou aux autres pays au niveau gros Death qui tâche.


8)Comment te vois tu dans 20 ans ? Plutôt dans une petite production intense ou dans un gros groupes enchaînant les come back à répétition?

J’espère garder avant tout la même passion pour le Metal extrême et l’underground que maintenant. Nous sommes avant tout une bande de 5 potes de 19 et 20 ans qui veulent envoyer du gros, et j’espère que dans 20 ans ça sera toujours le cas. Donc je dirai que je nous vois assez bien dans une petite production intense comme tu dis. Le succès et autre on s’en fout, on veut juste prendre notre pied en se brutalisant la tête.


9)Que penses tu des papys du hard ?

Que c’est toujours un plaisir de les voir au moins une fois en Live. J’ai vu Metallica, Kiss, Maiden et quelques autres, et même si ce ne sont pas les groupes que j’écoute le plus, c’est des groupes que je suis heureux d’avoir vu. Et les papys ont encore des leçons à donner aux plus jeunes : pensons au grand Lemmy, l’apôtre du rock’n’roll, la même ligne de conduite depuis 40 ans. Pour moi, ça impose le respect.


10)Prevoyez-vous déjà de grosses collaborations interplanétaires (ou pas!) ?

Ou pas ! On ne serait pas contre évidemment, cela nous permettrait de nous faire connaître. Mais on peut s’en passer.


Le mot de la fin ?
Sex, grind & alcohol
Plus sérieusement, un grand merci à toi et Lorraine Rock pour cette interview et pour le soutien apporté. Remerciements également pour tous les groupes avec lesquels nous avons partagé des scènes, toutes les associations qui nous ont faites jouer et nous soutiennent (Eastern Blasting Crew, Common Aim, Ordalies, Metal Resurection), à la grinding fuckin’ family et enfin à tous nos potes qui nous soutiennent !


Marilou V.