Masse Hystérique Festival // 04/05/12


Soirée des hystériques

                La Masse Hystérique est une jeune association nancéienne. Elle aide à la diffusion et à la promotion des artistes lorrains. Et quoi de mieux que d’organiser un week-end fait de concerts et de bonne humeur ? C’est ce que Floriane et Anne-Laure Gavoille, les fondatrices de l’association, ont fait les 4 et 5 mai 2012 au Hublot. Alors que la soirée de samedi était placée sous le signe de la chanson française avec 2012, Roberdam, Paul d’Amour et Alex Toucourt, celle du vendredi soir fut chaude et agité.



                Les BigBlackBoots sont les premiers à ouvrir le festival. Le groupe démarre plutôt en douceur. Il ira par la suite vers des chansons rock garage plus pêchues qui commenceront à faire monter l’adrénaline. Les gars essayent de réveiller le public. De le faire participer. Les gens arrivent seulement. Ils ne sont pas encore dedans comme on dit. La plupart ne sont pas des fans venus les voir. Ce sont plutôt des personnes là pour découvrir ces Messins que l’on ne connait pas encore très bien dans le coin. La voix d’Anthony n’est pas des plus mélodieuses. Mais elle retient l’attention. Elle est banalement accrocheuse dira-t-on. Dommage qu’elle se casse de plus en plus au fur et à mesure de la prestation. A la fin du show, il semble peiner à monter dans les aigus. « C’est la dernière chanson », affirme-t-il plusieurs fois. Mais ce n’est jamais la dernière. Le groupe continue d’enchaîner. Le quatuor est bien ici. Il ne veut plus partir. Ce qui n’est pas pour déplaire. C’était une très bonne découverte. Les gars s’en tirent avec les honneurs.

                C’est au tour de The Yupps de prendre possession des lieux. Surprise. Le groupe s’est agrandi avec un nouveau venu. Un quatrième membre. C’est Lucas. Avec une deuxième guitare. Le jeune homme accompagne le groupe sur scène depuis un petit moment. Il est très à l’aise. Sûr de lui. L’arrivée de cette deuxième guitare est plutôt une bonne chose. Le show est encore plus rock et énergique que ce que l’on connaissait déjà. Les autres membres du groupe sont toujours fidèles à eux-mêmes. Tom, comme à son habitude, semble endormi. Ou en train de planer dans un autre monde. Ou les deux. Mais cette attitude nonchalante fait tout son charme et sa marque de fabrique. Il maîtrise sa voix. C’est l’essentiel. J-M est plutôt discret à la basse. Avec sa coupe de cheveux et sa veste en cuir, il n’est pas sans rappeler un certain Alex Turner des Arctic Monkeys. Max est dans la place et dans le rythme derrière sa batterie. A la moitié du show, la foule commence à se réveiller. Le groupe conclura avec l’électro-rock et très dansante ‘’Life’’ qui commencera à rendre la masse à leurs pieds, hystérique.

                Comme à chaque fois, The Aerial électrisent les foules dès leur entrée avec la très populaire ‘’Ticking Heart’’. Que dire d’eux sinon qu’ils sont toujours aussi géniaux ? Encore une fois, je le clame haut et fort : on peut aller voir ce groupe en live sans hésiter. On sait qu’on ne sera pas déçu. Ils ont l’énergie. Le charisme. La présence. Et surtout, ils ont la complicité avec le public. Complicité qui les fera descendre au milieu de la foule pour une version acoustique de ‘’Kick Up The Fire’’. Le groupe offrira aussi leur merveilleuse et habituelle reprise de ‘’Nightcall ‘’ de Kavinsky. La joie se voit sur le visage de nos Nancéiens. Il y a de quoi. « C’est dingue ce qui nous arrive. La semaine dernière, on était au Printemps de Bourges. On n’aurait jamais cru en arriver là un jour. On se souvient encore de la première fois où on a joué ensemble. On était à la fac de lettres dans l’amphi A 52 ». The Aerial était le groupe attendu de cette soirée. Tout le monde a bougé son corps. On les aime ces garçons.

                Les Backstage Rodeo vont confirmer que ce festival ne s’appelle pas la Masse Hystérique pour rien. Ils nous livrent un show fait de rock brut et de sueur. Sur scène, comme dans la foule, ça se déchaîne. Le groupe donne tout ce qu’il a. Il délivre une belle énergie. La salle s’est vidée d’au moins de moitié. Mais le public restant s’en donne à cœur joie pour pogoter. Un rappel n’aurait pas été de refus. On n’a pas vu le temps passer. Leur son nous fait monter au septième ciel.

                Rien à dire. Une soirée pareille, ça fait du bien. La Masse Hystérique est une initiative plus qu’honorable. Il est tellement dur de percer dans le monde de la musique aujourd’hui. Les artistes locaux ont besoin de soutien. En Lorraine, nous avons la chance d’avoir des groupes talentueux. Profitons-en !

Magali SANTULLI