Tournée Esprit Musique // 24/05/12



Esprit Musique, es-tu là ?

                Esprit Musique est en réalité le nom de la tournée organisée par la Caisse d’Epargne. Elle est divisée en deux parties. Du 22 au 25 mai et du 13 au 15 juin 2012. Un projet à dimension régionale permettant de soutenir les artistes locaux. Cinquante-cinq salles en régions se voient aussi recevoir une aide financière et promotionnelle.

                Pour réaliser ce projet, la France a été divisée en 13 régions. Dans un premier temps, un groupe par région devait être choisi. Chacun d’eux a remporté 1000€ et le privilège d’avoir un morceau figurant sur la compilation Jeunes Talents. Dans un deuxième temps, trois vainqueurs nationaux ont été sélectionnés : Birdy Hunt (Paris), The Aerial (Nancy) et Hill Valley (Clermont-Ferrand). Ces trois lauréats ont remporté la somme de 5000€ et la chance de partir ensemble en tournée dans sept villes de France. La tournée a fait halte à L’Autre Canal à Nancy le 24 mai.

                Bonne soirée en perspective qui s’annonce. Il a fait beau et chaud toute la journée. Devant L’Autre Canal ça papote joyeusement. Il n’y a presque exclusivement des étudiants. Beaucoup sont déjà en vacances ou pas loin de l’être. L’atmosphère est donc vraiment détendue. Quand les portes ouvrent, on est plutôt serrés. Le concert a lieu dans la plus petite des deux salles de la structure. Etant donné que l’entrée est gratuite (comme pour tous les concerts de la tournée), il fallait s’y attendre.
                Les Birdy Hunt sont les premiers. Si leurs EPs offrent des morceaux rock dansants, je suis déçue de constater que le live n’est pas à la hauteur. Marc, le chanteur, n’est absolument pas à fond. Il semble absent. Mais, au fur et à mesure, il commence à prendre possession des chansons. Il commence à prendre vie. A bouger. A montrer un peu plus d’enthousiasme. Dommage que sa voix soit quelque peu enrouée. Les cinq garçons autour de lui sont très énergiques dans leur jeu de scène. Et ce, dès le début. Sauf un. C’est Luc. L’un des guitaristes. Le pauvre est entré en béquilles.  Le son est rock à souhait. Mais, malgré cela et la pêche des musiciens, ça ne décolle pas vraiment. On reste toujours sur le même décibel. La prestation n’est pas totalement aboutie. Ce qui est étrange. Car tout le monde semble donner beaucoup de lui-même. Le show posé. Maîtrisé. Mais il manque comme un grain de folie. Peut-être que ce n’était pas leur soirée ce jour-là. Heureusement, le choix judicieux de finir le concert avec l’endiablée  ’’Water Sophie’’ mettra tout le monde d’accord.
                Au tour des Hill Valley. Eux aussi sont six sur scène. Dès la première seconde, le groupe s’approprie totalement l’espace. Ils démarrent directement avec une pèche phénoménale. Pareil côté public. Les Hill Valley sont de vraies piles électriques. Herbie, le batteur, a une certaine similitude avec Matt Helders, membre des Arctic Monkeys évoluant au même poste. Aussi bien physiquement que dans son attitude décontractée. L’ambiance est ultra rock’n roll. Pas une chanson calme. Les gars interprètent  une cover de ‘’Freed From Desire’’ de la chanteuse Gala.  Ils en font une version punk rock totalement délirante.  Raph et Olivier, les deux chanteurs, papotent beaucoup. Le premier sautera dans le public pour se faire porter. Le deuxième viendra plus tard faire un bain de foule pour tendre le micro au public chargé de faire les chœurs. Les mecs n’arrêtent pas de répéter que cette soirée est la meilleure de la tournée. Il paraît même que c’est leur meilleur concert depuis très longtemps. On peut en douter. Ils doivent dire ça tous les soirs. Mais, il est vrai que l’ambiance est à son apogée pour la soirée. Si bien que le groupe invitera la foule à monter sur scène pour les ultimes secondes de leur show. Je ne trouve pas que la version CD soit accrocheuse. En live, c’est tout le contraire. Le grain de folie est bien là.
                C’est finalement au tour des The Aerial. Ils sont bien contents et très fiers de jouer chez eux ce soir. Les deux formations précédentes savaient à quel point ces Nancéiens étaient attendus. Elles ont invité plusieurs fois le public à faire du bruit pour eux. Malheureusement, les Aerial doivent faire face à un problème de son. On ne les entend pas jouer leur premier morceau. En plus de ça, Joe au chant ne serait-il pas un peu bourré ? Au lieu de finir ses phrases, il préfère boire sa bière. En commençant à jouer le deuxième morceau, les copains se rendent compte qu’il y a un problème et s’arrêtent. Pour combler le vide en attendant de résoudre le problème, l’Anglais Joe déclare qu’il a toujours voulu apprendre la Marseillaise. Ce que vont s’empresser de chanter les fans. « On recommence depuis le début ! » s’exclame le frontman une fois les soucis techniques réglés. Depuis le temps que je vais les voir en live, je constate une véritable progression chez eux. Ils ont énormément gagné en aisance. Ils sont très pros. Maintenant, quasiment toute la salle connait leurs paroles.  Comme toujours, ils sont descendus jouer un titre au milieu de la foule. Ils sont là. Tout près de nous. A jouer leur merveilleuse ‘’Rushes’’. Si belle. Si chargée d’émotions. On a envie de les prendre dans nos bras. « J’ai appris une chose hier soir ». Joe a le sourire aux lèvres. « Il ne faut jamais faire la fête avec les Birdy Hunt ». En réalité, c’est pour cela que Luc a des béquilles ce soir. Mais pour le moment, la fête, c’est sur scène qu’elle se passe.  Car nos chouchous nous ont aussi invités à monter les rejoindre. De quoi finir en beauté cette superbe soirée.

                On peut le dire, les concerts avec les groupes régionaux sont tout aussi plaisants que ceux avec les gros groupes internationaux. Presque mieux même. Car là, on partage un moment vraiment intime avec les groupes. La complicité est réelle.

                Et si la scène régionale vous intéresse, sachez qu’une application pour Iphone & Ipad vient d’être lancée par la Caisse d’Epargne. C’est SoundPlaces. Elle permet aux internautes de découvrir les artistes ou salles de concert proches d’eux. Les  jeunes talents musicaux ont aussi la possibilité d’y partager leurs créations. On ne le répétera jamais assez. La scène locale a grandement besoin de soutient.

Magali SANTULLI